dimanche 28 février 2010

Et demain


mardi 23 février 2010

"L'antisémitisme est un produit de l'histoire, pas quelque chose d'éternel"









photographe: Olivia Grabowski-West


Auteur du livre Comment le peuple juif fut inventé, paru aux éditions Fayard en septembre 2008, l’historien et professeur israélien à l’université de Tel-Aviv, Shlomo Sand est une bête de scène. Né en Autriche dans les années cinquante, Shlomo Sand se définit lui-même comme "un colon européen en Palestine", plutôt que comme un sabra (un juif né en Israël de parents Israéliens, après la fondation de l'Etat).

En ouvrant ce livre pour la première fois je me souviens d'avoir eu ce sentiment rare d'appréhension par rapport à ce que j'allais lire. Si le livre commence comme un roman, le fond s'insère dans une étude historique. L'entreprise du professeur Sand était de démontrer comment un Etat qui se dit l'Etat de tous les juifs du monde, n'applique pas les mêmes droits à tous ces citoyens selon qu'ils sont juifs ou arabes. Shlomo Sand a voulu avec ce livre, expliquer en quoi les mythes sionistes ont abouti à la création d'une nation, qui selon lui, repose sur des mythes fallacieux.

« Si quelqu’un trouve un seul livre sur l’exil des juifs, je donne ma démission ! », déclare l’historien lors d’une conférence donnée à l’ENS de Paris le 19 janvier dernier. Le professeur a tenu à mettre un terme à la polémique que son ouvrage suscite. Pour Shlomo Sand, il n’est pas question de nier la légitimité de l’existence de l’Etat d’Israël mais plutôt de remettre en question l’historiographie sioniste. Entretien…

Votre livre vous a valu d’être accusé par plusieurs personnes, et notamment par Richard Prasquier (président du Crif) de négationnisme, voire d’antisémitisme. Quel est selon vous le sens premier du terme antisémitisme ?

Historiquement, l’apparition de ce terme en Europe en 1860, et son utilisation à partir de cette date jusqu’en 1960 étaient déjà malheureuses. On a mélangé à tort une base linguistique avec une base biologique dans le sens où s’il est vrai qu’il existe des langues sémitiques, il n’y a pas de race sémitique, c’est une invention européenne du XIXe siècle. Avant cette période, on parlait uniquement d’antijudaïsme pour définir la haine contre les juifs sur la base religieuse. Le sens moderne du terme antisémitisme a pris un aspect racial à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, la finalité en étant la construction d’une Europe solide sur la base d’un ennemi extérieur commun. Les juifs étaient donc désignés comme les ennemis du peuple des nations.

En quoi l’antisémitisme a-t-il permis de construire l’Europe ?

Parce que la langue commune et l’invention d’une histoire commune ne suffisent pas à la construction d’une nation, il faut aussi déterminer un ennemi commun. Cet ennemi commun est identifiable en raison de sa provenance extérieure, sa tradition religieuse différente, et sa capacité à montrer les frontières de la nation que l’on cherche à construire. C’est donc en excluant les juifs que l’Europe a pu développer un nationalisme chrétien basé sur une théorie des races.

L’antisémitisme d’alors était-il un instrument au service de la politique ?

Oui. De Paris à Moscou, en passant par Berlin, Vienne, Kiev et Budapest, on trouve à cette époque un antisémitisme politique fort, d’autant plus prononcé en Europe de l’est que l’idée de nation dans ces pays-là n’était pas encore suffisamment bien définie à cause de l’union soviétique. C’est ainsi qu’au cours de cette période l’antisémitisme politique faisait partie intégrante du discours politique en Europe, le parti Social Chrétien en France par exemple, à la fin du XIXe siècle, lançait ouvertement un appel contre les juifs, avant et après l’affaire Dreyfus.

L’antisémitisme politique a-t-il disparu ? Quand et pourquoi ?

Après la défaite du nazisme, l’antisémitisme a rapidement été discrédité à cause d’Auschwitz. À partir des années 1960, il était impensable qu’un homme politique au pouvoir puisse être antisémite. De la même manière, après la défaite communiste en Europe de l’est, l’antisémitisme politique renaissant a rapidement été freiné par « l’européanisation » de ces pays. À tel point que les Polonais, par exemple, fervents antisémites de 1860 à 1960, sont devenus aujourd’hui « super philosémites », preuve en est qu’ils n’ont pas hésité à envoyer des soldats en Irak pour défendre l’Europe judéo-chrétienne.

L’Europe judéo-chrétienne existe-t-elle ?

Le terme judéo-chrétien n’était utilisé par personne il y a encore 40 ans. Pourtant, aujourd’hui à Paris, Londres ou encore Berlin, la mode est de parler de civilisation judéo-chrétienne pour définir la civilisation européenne. Ce terme est absolument faux parce que le rapprochement entre le judaïsme et le christianisme est plus difficile à établir qu’entre le judaïsme et l’islam par exemple. Il y a entre le judaïsme et le christianisme une coupure épistémologique et métaphysique très grave, pour les chrétiens, les juifs ont tué le fils de dieu. L'affirmation d’une civilisation judéo-chrétienne a alors permis d’enterrer l’antisémitisme politique au profit d’un antisémitisme culturel, mental, quotidien, bête.

Est-ce donc ce dont il s’agit aujourd’hui ? Y’a-t-il, comme certains l’affirment, un lien entre l’antisémitisme et l’antisionisme ?

L’antisionisme en tant que critique d’un État ethnocratique peut être juste ou faux, bête ou sage mais ne peut en aucun cas être assimilé à de l’antisémitisme. On ne peut pas être antisémite contre un État. C’est du bluff de sioniste à mon avis. Cependant, dans certains groupes radicaux islamistes, il y a un glissement de l’antisionisme vers l’antisémitisme bête et dangereux qui nuit à l’islam. Mais quiconque allume sa télévision du Caire aux banlieues parisiennes, et voit comment le soldat israélien se conduit en Cisjordanie ou à Gaza, peut éprouver un sentiment d’antisémitisme bête qui peut ensuite évoluer en antisémitisme sérieux et politique.

Qui est responsable de ça ?

En premier lieu Israël, qui exploite ce glissement de l’antisionisme à l’antisémitisme. Mais il importe que le jeune de banlieue d’origine maghrébine qui connaît pourtant la différence entre son voisin juif et un soldat israélien ne fasse pas d’amalgame et ce même si le voisin juif s’identifie au soldat israélien. Ce juif qui s’identifie à la violence de l’armée israélienne est bête, mais il n’est pas représentatif de tous les français d’origine juive. Au contraire beaucoup d’entre eux condamnent la politique d’Israël.

Qu’en est-il de l’Europe, sa construction n’est pas achevée, et si elle ne peut plus se fonder sur l’antisémitisme, sur quoi s’appuie-t-elle aujourd’hui ?

Aujourd’hui il semble que ce soit précisément cette nouvelle indulgence de l’Europe face à Israël qui permette d’achever la construction de l’identité européenne. À l’image de l’antisémitisme politique qui s’est étendu sur un siècle, et a permis d’identifier un ennemi commun, l’islamophobie est une nouvelle solution, et Israël, parce qu’il crée une conflictualité avec le monde arabe et musulman est un partenaire idéal. La meilleure illustration de ce phénomène est la question de la Turquie. Bien que son entrée en Europe présente un intérêt économique, la réticence idéologique de l’Europe provient de cette haine contre les musulmans et les arabes.

Que pensez-vous de la profusion de livres qui "révèlent" les rapports entre les régimes arabes et les nazis, particulièrement entre le grand Mufti de Jérusalem et Hitler?

Cette tendance n'est pas nouvelle, elle a commencé dès 1950 en Israël. A l'époque on a comparé Nasser à Hitler, ensuite on a comparé Arafat à Hitler. A travers les années 90 ça a été le tour de Saddam Hussein, et maintenant Ahmadinejad est le nouvel Hitler. Ce processus d'identification des ennemis des juifs à Hitler est déjà très ancien en Israël, en Europe le phénomène est un peu nouveau parce qu'il commence à servir une logique d'unité européenne. Cette instrumentalisation basée sur l'analogie relève pour moi d'un exercice de propagande sioniste, on renvoi le bourreau à quelque chose de commun, alors que c'est lui, et non les victimes, qui était exceptionnel. Le fait même que les nazis aient émergé dans un lieu de haute culture et de raison est anormal, ils étaient exceptionnels en raison de leur plan de liquidation des gens de manière industrielle. Mais pour la propagande sioniste ce sont les victimes qui sont exceptionnelles et pas le bourreau. Comparer aujourd'hui Saddam Hussein ou Ahmadinejad à Hitler veut dire que le bourreau n'est pas spécifique mais commun. Il n'y a pas un arabe qui pourrait être Hitler, les nazis étaient un régime unique.

J'ai vu une émission dernièrement sur Le Mufti de Jérusalem qui m'a terrifié. Le but était d'essayer de faire du Mufti un allié idéologique du nazisme. Une telle vision ne tient pas compte de l'histoire. Il faut savoir que par exemple, au sein du mouvement de libération de l'Inde de Gandhi, des gens ont voulu collaborer avec les nazis parce qu'ils s'opposaient à la domination britannique. De même avant la création d'Israël, des mouvements nationalistes juifs en Palestine ont essayé de collaborer avec les nazis pour se débarrasser de la colonisation britannique. D'autre part, les persécutions subies par les juifs en Occident n'ont jamais eu la même ampleur dans les pays arabes. Sans vouloir idéaliser la relation entre les juifs et arabes au Moyen-Orient, les rapports historiques ont toujours été moins conflictuels qu'avec les chrétiens, il n'y a aucune comparaison possible. Les juifs étaient des minorités opprimées mais s'il y a un endroit où la culture juive s'est épanouie c'est en terre d'islam. C'est mal interpréter l'histoire que de comparer l'islam au nazisme, et le sionisme se sert de cette assimilation.

Pensez-vous que le débat sur l’identité nationale en France s’insère dans cette islamophobie européenne ?

Sarkozy ne s’intéresse pas sérieusement à l’identité nationale. En revanche le fait qu’il ait pris position pour un plébiscite en Suisse organisé par un groupe d’extrême-droite nationaliste est particulièrement inquiétant. Ça va beaucoup plus loin que le débat sur l’identité nationale qui finalement ne sert que les prochaines élections régionales en ce qu’il contribue à ce climat favorable au racisme anti-arabe en Europe. Sarkozy et Besson se sentent d’ailleurs bien plus européens que français, du moins idéologiquement.

Avez-vous l’intention d’étudier cette question ?

Oui, depuis quelques temps je réfléchis sérieusement à un essai sur l’antisémitisme et l’islamophobie dans l’histoire. Avant d’en faire une étude historique, j’avais l’intention de faire de Comment le peuple juif fut inventé, un polar, mais ça n'a pas marché, étant très mauvais écrivain je n’ai pas réussi.

Quelle est la musique qui vous inspire ?

Je suis un grand adepte des chansonniers français, en particulier Léo Ferré et sa chanson Les Anarchistes, ou encore Serge Gainsbourg et sa version détournée de la Marseillaise. C’est finalement une certaine tradition française qui m’a aidé à exiger du nationalisme juif qu’il soit plus démocratique et plus civique. Les Doors m’ont aussi beaucoup accompagné. Ce qui me plaît dans cette musique, c’est le mélange de la révolte et de la critique.



mercredi 10 février 2010

Un ODB au P.S


La dernière sortie de George Frêche est bien plus parlante qu'il n'y paraît.
Après avoir traité les harkis de sous-hommes, après avoir plagié (ou inspiré qui sait) Alain Finkielkraut dans son constat accablant de bétise raciste ("toute l'équipe de France est black, black, black"), il s'est encore fait remarquer d'une presse, un peu trop vigilante en matière de dénonciation zélée du racisme d'élite, qu'elle met en général deux jours, tout au plus, à justifier une fois l'intéressé revenu (mais jamais vraiment tout à fait) sur ses propos, comme la plupart du temps...enfin à moins que tu ne t'appelles Dieudonné ou Siné, ou Daniel Mermet, ou Pascal Boniface, et pas Robert Redeker ou Brice Hortefeux, ou George Frêche, ou Alain Finkielkraut, et on l'aura compris, la liste est bien plus longue dans ce sens, et le dérapage beaucoup plus honorable.

Avec la dernière déclaration de Frêche, c'est un style nouveau de racisme débridé et décomplexé qui vient s'ajouter à celui que nous connaissions depuis quelques années déjà, c'est le nu racism, un racisme concurrentiel qui pense, à la manière d'un Finkielkraut, qu'il faut en terminer avec le joug de l'antiracisme - (bien entendu uniquement envers les arabes, les noirs, les roms, les afghans), qui voudrait qu'on mette tous les types de racisme dans le même sac afin de ne pas s'égarer en créant différentes catégories de racisme qui feraient ressortir, à renfort d'analyses tendancieuses, un bon racisme d'un mauvais racisme - et en effet, quoi de mieux pour ça que de déclarer, comme George Frêche: "S'il y a un homme qui a défendu Israël et les juifs depuis toujours, c'est moi!" meaning: je ne peux pas être raciste parce que j'ai toujours défendu les juifs de France, qui, au passage (et n'ayons pas peur des amalgames), sont tous des Israéliens, et comme j'ai toujours pris leur défense à travers la défense d'un Etat, je peux bien en trasher un!

Et d'expliquer sa confusion par rapport à la "tronche pas très catholique" de Laurent Fabius (dont la famille, soit dit en passant, s'est convertie au catholicisme durant la seconde guerre mondiale) par: "Il est toujours resté silencieux au sujet d'Israël", donc il n'est pas juif, ou pire c'est un renégat.

"Qui ne dit mot consent", mais le proverbe ne sert pas les ambitions politiques de Frêche.

Apparemment, George Frêche n'est pas au fait de la démission (discrète il est vrai) de Fabius du conseil d'administration de l'Iris (Institut des relations Internationales et stratégiques) en 2003 après la fameuse note adressée au PS par son directeur Pascal Boniface.
Ce dernier y faisait part de son inquiétude concernant l'alignement du PS sur des positions visant à "privilégier ceux qui ont une lecture ethnique du conflit israélo-palestinien" au détriment de l'électorat d'origine maghrébine, qui pourrait se sentir lésé et reporter son vote ailleurs. Cette maladroite remarque lui a valu un bon backlash médiatique, dérivé de la cabale lancée contre lui dans le but de le faire renvoyer de son office, à laquelle Fabius avait ainsi pris part.

Mais, on pourrait voir dans cette dernière apostrophe intéressante du président sortant de la région Languedoc-Rousillon une adresse toute spéciale à une partie de la communauté juive, à savoir le Crif et consorts, connus pour leur défense farouche de la politique israélienne, et proches de Nicolas Sarkozy.

Avec des déclarations de la sorte, nous sommes non seulement sur la bonne voie pour sortir du carcan communautariste du conflit israélo-palestinien, mais également sur la voie royale pour braconner à la fois sur les terres du FN défrichées par l'UMP, complètement gagné au discours sioniste (à l'exception notable de Michel Voisin, un député de l'Ain et d'autres élus), et sur celles d'autres candidats PS qui seraient trop frileux (sic) sur la question du soutien à Israël.

Frêche s'assure ainsi l'adhésion de tous les ultra-sionistes qui douteraient encore de la fidélité du PS, et qui voient le traitre en chaque juif qui n'avalise pas tous les propos du gouvernement israélien. L'argument, pour crédible qu'il se veuille, est très pernicieux parce qu'il énonce une contre-vérité tout en faisant preuve d'un esprit de concurrence prosélyte: puisque j'ai toujours défendu Israël, on ne peut pas m'accuser d'antisémitisme, en revanche Fabius...qui soutient discrètement ne soutient pas assez...